NOW FUTUR !

20 lycéens créent leur spectacle avec Fabien Thomas et Olivia David de la cie "A demain j'espère"

Que des lycéens n'ayant jamais fait de théâtre écrivent un spectacle en 6 jours et le jouent à trois reprises à l'issue d'une semaine folle, un pari fou ? Non, pas sous la direction de leur professeur d'E.S.C Frédéric Rouziès et des membres de la Cie A demain j'espère Fabien Thomas et Olivia David!

Nous avons vécu avec le confinement un moment d’arrêt. Un temps d’introspection. Dans nos usages, les outils numériques ont pris encore plus de place. Les dirigeants de google l’ont dit « en 3 mois, nous avons gagné 10 ans d’expérimentation ». Dans notre vie numérique, nous laissons des traces. Nous sommes suivis. La science fiction avait imaginé à travers la figure de big brother la société de contrôle. Nous y sommes. Now Futur.

Reconnaissance faciale, caméra de surveillance, bracelet – capteur d’émotion, les trouvailles technologiques sont nombreuses. Nous vivons maintenant dans ce futur orwellien. Est ce compatible avec notre démocratie ?

Cet imaginaire peuple les références des lycéens avec la figure de Snowden, ou la série Black Mirror. Ils et elles ont bien conscience de l’époque, de ses enjeux, de ses limites. Dans un travail préalable à l’écriture du spectacle, nous nous appuierons sur les méthodes de l’éducation populaire pour faire ressortir les dominations à l’œuvre.

On convoquera les univers de Damasio, notamment « les furtifs ». Comment être un furtif, comment être libre dans un monde joliment contrôlé ? Dans le livre « La bague au doigt, vous êtes tout à fait libres et parfaitement tracés, soumis au régime d’auto-aliénation consentant propre au raffinement du capitalisme cognitif »

L’enjeu du spectacle est donc de dépasser des constats. De les digérer, de les malaxer pour proposer une expérience grandeur nature au public.

Cette jeunesse synonyme de vitalité va s’exposer en public.

La compagnie A demain, j’espère, excelle dans cette approche interactive avec le public.

Adepte du baronnage, elle utilise les dynamiques des groupes pour mieux interroger les manipulations induites. Les élèves seront au cœur de l’écriture du spectacle comme nous l’avons déjà expérimenté avec un précédent spectacle « no(s) révolution(s) ».

Pour aller plus loin que cette approche dystopique, nous introduirons une approche utopique portée par un renouveau de la science fiction comme le hopepunk qui pousse à nous projeter au-delà de l’apocalypse et apporter une note d’espoir.

L’idée est donc d’interroger notre société avec le regard du futur pour mieux imaginer notre avenir. Comme la fait en son temps Coline Serrault dans la belle verte.

Janvier
Avec des ateliers d’écriture, outils de l’éducation populaire (recueil de représentations, débats…), la mise en parallèle des évènements de la grande Histoire avec des dates phares de l’histoire familiale des élèves, leur « petite » histoire, d’interviews radio et vidéo, il s’agira de dessiner les utopies des élèves. En outre, des écoutes d’émissions radio, de chanson à texte, des diffusions d’extraits de films et de documentaires, des lectures d’extraits littéraires ou de BD viendront nourrir les imaginaires des classes.

Mars-Avril : semaine banalisée avec la compagnie du 29 mars au 2 Avril

2 avril : 3 représentations en extérieur, au Lycée agricole Beaulieu-Lavacant

LES INFLUENCES

Article du Monde :
Quand-la-science-fiction-abandonne-les-recits-de-fin-du-monde-pour-un-optimisme-subversif

Documentaire d’Arte :
Tous surveillés, sept milliards de surveillés

Film de fiction :
La belle verte de Coline Serraut.

Alain Damasio, auteur de SF
Les furtifs.

Intervenants

FABIEN THOMAS et OLIVIA DAVID  de la Cie A demain j'espère 


FREDERIC ROUZIES, professeur d'E.S.C au Lycée Beaulieu-Lavacant à Pavie

1/4

LIEU

La Petite Pierre | Lycée Beaulieu Lavacant à Pavie

LES +

Dates

Du 25 mars au 2 avril 21

INSCRIPTIONS
TARIFS

Appel à projet DRAC OCCITANIE DRAF OCCITANIE REGION OCCITANIE